Le Pape Francois 

Le 8 novembre 2015, le Pape a rencontré plus de 7 000 membres du mouvement des Scouts adultes catholiques italiens (MASCI), qui fêtaient à Rome le 60e anniversaire de leur fondation. Après avoir rappelé que dans sa terminologie, le scoutisme utilise beaucoup le terme de « route », il les a encouragé à faire la route en famille, dans la création et dans la cité, sans être ni « errant », ni « passif ».


La famille, communauté d’amour et de vie

"La famille reste encore la cellule de la société et le premier lieu d’éducation, a-t-il commencé. C’est la communauté d’amour et de vie dans laquelle chaque personne apprend à interagir avec les autres et le monde. Et grâce aux bases acquises dans le cadre de la famille, nous sommes aptes à nous projeter dans la société, à fréquenter d’autres lieux de formation comme l’école, la paroisse, les associations … Ainsi, en intégrant les bases acquises en famille aux expériences « externes », nous apprenons à trouver notre route dans le monde."


Il arrive qu’un enfant soit apte à ranimer toute une famille

"Toutes les vocations débutent dans la famille et en portent l’empreinte pour toute la vie. Pour un mouvement comme le vôtre, basé sur l’éducation permanente et sur le choix éducatif, il est important de réaffirmer que l’éducation familiale constitue la voie prioritaire. Pour vous, parents chrétiens, votre mission éducative trouve son origine dans le sacrement du mariage, pour lequel le devoir d’élever les enfants constitue un véritable ministère dans l’Église. Cependant, ce ne sont pas seulement les parents qui ont un devoir éducatif envers leurs enfants. Ces derniers ont également un devoir d’aide réciproque dans la foi et le bien envers leurs frères et sœurs ainsi qu’envers leurs propres parents. Parfois, il arrive qu’un enfant, avec toute son affection, sa simplicité, soit apte à ranimer toute une famille. Le dialogue entre les conjoints, l’écoute et la compassion réciproque sont des éléments essentiels pour qu’une famille puisse être sereine et féconde. "


Dans la nature, nous reconnaissons l’empreinte du créateur et dans nos semblables son image

"Notre époque ne peut pas faire abstraction de la question de l’écologie, qui est vitale pour la survie de l’Homme, ni la réduire à un problème purement politique, a-t-il poursuivi. Elle est en effet une dimension morale qui touche chacun d’entre nous, de la sorte que personne ne peut s’en désintéresser. En tant que disciples du Christ, nous avons une motivation supplémentaire pour nous unir avec tous les Hommes de bonne volonté pour la protection et la défense de la nature et de l’environnement. La création, en fait, est un don confié à nous des mains du Créateur. Toute la nature qui nous entoure est une création comme nous, une création avec nous, et, dans notre destin commun, tend à trouver en Dieu le même accomplissement, la même finalité ultime. La Bible dit « Cieux nouveaux et terre nouvelle » (Is 65,17 ; 2 Pt3,13 ; Ap 21,1). Cette doctrine de notre foi est pour nous une stimulation encore plus forte en faveur d’un rapport responsable et respectueux de la création. Dans la nature inanimée, dans les plantes et les animaux nous reconnaissons l’empreinte du Créateur, et dans nos semblables son image même."

 

Lutter contre le gaspillage

"Vivre dans un contact plus étroit avec la nature, comme vous le faites, implique non seulement son respect, mais aussi l’engagement à lutter concrètement contre le gaspillage d’une société qui tend toujours plus à se débarrasser de biens encore utilisables pouvant être donnés à tant de nécessiteux."


Témoigner de l’amour de Jésus dans la cité

"En vivant dans les quartiers et dans les villes, a-t-il ajouté, vous êtes appelés à être comme un levain qui lève la pâte, offrant votre contribution sincère à la réalisation du bien commun. Il est important de savoir proposer avec joie les valeurs évangéliques, dans la confrontation loyale et ouverte avec les différentes instances culturelles et sociales. Dans une société complexe et multiculturelle, vous pouvez témoigner avec simplicité et humilité de l’amour de Jésus envers chaque personne, expérimentant encore de nouvelles voies d’évangélisations, fidèle au Christ et fidèle à l’Homme, qui dans la cité vit souvent des situations usantes, qui parfois risque de se perdre, de perdre la capacité à voir l’horizon, de sentir la présence de Dieu. Alors, la vraie boussole à offrir à ces frères et sœurs est un cœur proche, un cœur « orienté », c’est-à-dire avec le sens de Dieu."


Le chrétien, disciple et missionnaire

"Chers frères et sœurs, continuez à tracer votre chemin avec espoir dans le futur. Votre formation scoute est un bon entraînement ! Rappelons-nous saint Paul (1 Cor 9,24-27) qui nous parle d’athlètes s’entraînant à la course grâce à une discipline sévère, et ce pour une récompense éphémère. Le chrétien par contre s’entraîne pour être un bon disciple missionnaire de Notre Seigneur Jésus, écoutant assidûment sa Parole, ayant toujours foi en Lui, qu’il ne déçoit jamais, en s’arrêtant dans la prière avec Lui, tâchant d’être une pierre vivante dans la communauté de l’Église. Merci, chers amis, pour cette rencontre. Je prie pour vous, et vous, s’il vous plait, priez pour moi."